Port de Montréal

Francis Guay | 28 novembre 2019


Le Port de Montréal est riche en histoire. Il faut retourner en 1830, l’essor du bateau à vapeur mène à la mise en place d’installations permanentes et au premier dragage du fleuve. À cette époque, la Commission du Havre était en charge d’améliorer et d’agrandir le port. Au fil du temps, la gestion du port évolua et ce n’est qu’en 1999 que la société du Port de Montréal est devenue l’Administration Portuaire de Montréal (APM) tel qu’elle est connue de nos jours. Bien qu’elle relève du gouvernement fédéral, l’administration prend la forme d’une agence autonome visant à promouvoir le développement économique. Propriétaire des infrastructures en place qu’elle loue à différentes entités privées qui se chargent de l’opération au jour le jour, l’administration portuaire ne ménage pas les efforts pour garder le port concurrentiel et stimuler l’innovation (Pronovost, 2017). Les activités du port génèrent des recettes publiques de plus de 300 M$ par année et emploi de façon direct et indirect plus de 19 000 personnes.



S’adapter à la cadence mondiale

La mondialisation exerce une pression grandissante sur les besoins en transport maritime afin d’avoir une plus grande capacité d’exportation. À Montréal, c’est l’ajout d’un terminal à Contrecoeur permettant de pratiquement doubler la capacité en conteneurs, passant de 1.5M EVP à 2.65M EVP, qui est prévu en terme d’investissement majeur aux infrastructures (APM, 2018). Son emplacement permet de bénéficier des réseaux routiers et ferroviaire déjà mis en place. Ce développement permettra entre autres au port d’y intégrer de nouvelles technologies et d’y développer des infrastructures plus modernes et adaptés aux enjeux actuels.


L’innovation a le vent dans les voiles!

Le développement de nouvelles technologies en termes de logistique portuaire offre son lot d’avantages encore sous explorés. Dans ce sens, le Port de Montréal est à l’origine de la création du tout premier accélérateur de start-up dans ce domaine en Amérique du Nord, le CENTECH.

Les applications technologiques ont le potentiel de propulser ce secteur dans une ère moderne tout en décarbonisant ses activités. Les innovations sont diversifiées, passant de l’impression 3D à la modélisation digitale du Port de Montréal en vue de mieux visualiser des changements aux infrastructures. Par exemple, Canscan utilise l’intelligence artificielle afin de déceler toute possible défaillance d’un conteneur par l’entremise de photos. Ces technologies continuent d’évoluer et de nouveaux projets sont continuellement invités à participer au développement de ce secteur.

Au cours des dernières années, l’application PORTail conçue pour le Port de Montréal a permis de réduire la congestion et les émissions de GES qui y sont reliées. Cette application affiche les temps d’attente au différents terminaux et permettent donc aux camionneurs de s’ajuster en conséquence. La mise en place de cette initiative aurait permis de diminuer de 11% les émissions de GES par tonne de marchandise manutentionnée (APM, 2018). Les implications de l’administration portuaire de Montréal dans l’alliance verte, chainPORT et Scale AI démontre la volonté et l’importance accordée à l’innovation comme facteur de succès.



Références

  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Screen Shot 2019-11-26 at 6.04.55 PM

© 2020 par Poly-Monde