Institut de l’énergie Trottier

Arianne Boulais | 15 novembre 2019



Fondé suite à un généreux don de 10 millions de dollars de la Fondation familiale Trottier, l’Institut de l’énergie Trottier (IET) vise la transformation politique, sociale et économique pour déployer convenablement les technologies dans le milieu de l’énergie.

Elle a pour mission de former des ingénieurs ayant les connaissances transdisciplinaires nécessaires pour comprendre de façon systémique les divers enjeux énergétiques, de faire la recherche de solutions durables et viables, et finalement, de diffuser ses découvertes et connaissances à travers des événements sociaux et des publications.

L’énergie au Canada

Alors que notre consommation énergétique augmentait de façon fulgurante dans les années 50, cette croissance se transforme maintenant en plateau. Toutefois, la quantité d’énergie que nous utilisons collectivement reste beaucoup trop grande. Nos sources sont majoritairement des carburants fossiles que l’on utilise principalement pour le transport, le chauffage de nos maisons ainsi que pour les divers mécanismes de transformation industrielle. Bien que 50% du pétrole que nous utilisons provient du Canada, le 50% restant provient des États-Unis. Il y a donc un débalancement flagrant entre notre production et notre consommation d’énergie.

Aujourd’hui, on parle de question morale beaucoup plus qu’économique lorsqu’on dit qu’on ne peut pas continuer à consommer autant. Notre demande est trop grande, notre efficacité énergétique est trop faible (46%) et une grande partie de nos sources énergétiques ne sont pas durables.


L’électricité au Québec

L’hydroélectricité a amené une transition des plus positives au Québec en électrifiant le chauffage, et en sortant le mazout des maisons. En effet, cette méthode moins polluante et plus efficace a su être implantée sans pour le moins impacter le mode de vie des gens.

La production d’électricité au Québec demeure toutefois à ce jour un grand défi, car il est difficile de trouver un équilibre parfait entre la demande et la surproduction.


L’atteinte des engagement climatiques

Plusieurs points importants sont considérés afin d’assurer l’atteinte des engagements climatiques du Canada. D’abord, la réduction d’énergie finale. On parle ici d’électrifier et d’augmenter la production d’énergie hydraulique et éolienne afin d’atteindre une efficacité énergétique plus haute. En effet, la charge d’énergie fossile faramineuse utilisée dans nos transports ne cesse de croître. L'électrification des transports et des procédés industriels est une solution qui se doit d’être mise en place. L’utilisation d’énergie hydraulique et éolienne étant plus efficace, la consommation énergétique finale est réduite sans toutefois se priver d’aucun service. Également, il faut changer notre production d’énergie primaire, c’est-à-dire réduire la production de gaz naturel et de pétrole afin d’augmenter la production d’énergie renouvelable. Finalement, au niveau étatique, il faut faire appel à plusieurs leviers comme des bonus, des normes, des lois, etc. afin d’encourager la réduction de consommation des citoyens et des entreprises.


Des enjeux à considérer pour une transition énergétique éclairée

Plusieurs enjeux freinent la transition énergétique et doivent être compris afin d’amener des changement durables et réalistes. Parmi ces enjeux se trouvent les freins politiques.

Il est difficile pour les grandes provinces productrices de charbon et de gaz naturel d'adhérer au virage écologique. D’un point de vue économique et politique, ces provinces se positionnent fermement dans le but de garder leur économie fructueuse malgré le fait que celle-ci repose sur des procédés non-durables. Il est important d’apprendre à faire un travail complémentaire avec celles-ci puisque les profils énergétiques des différentes provinces varient énormément.

Il ne faut pas négliger non plus les lois qui touchent tant l’environnement que l’économie. Souvent, les gens qui détiennent le plus de pouvoir décisionnel quant à l’environnement n’ont pas de poids réel au sein du gouvernement. Il faut également faire attention aux lois qui offrent le libre contrôle de service, par exemple avec des entités comme Uber. Ces lois qui ne régulent pas l’offre pour des services, tels que les transports, créent, par le fait même, une perte de contrôle de la consommation d’énergie pour ce secteur.


Le rôle de l’IET

À travers ces défis et ces enjeux, l’IET propose de faire le type d’analyse des politiques à mettre en place pour un programme de réponse à la demande énergétique efficace et durable. L’Institut de l’énergie Trottier s’assure de répondre aux questions telles que «Comment mettre en place en tel programme?», «Comment rendre le programme efficace?», etc. en innovant tant d’un point de vue social que politique.



Références

  • Institut de l’énergie Trottier, consulté le 15 novembre 2019 http://iet.polymtl.ca/

  • McGill, Trottier Institute for Sustainability in Engineering and Design, consulté le 15 novembre 2019, tiré de: https://www.mcgill.ca/tised/about-us/history

  • Propos recueillis par l’équipe de Poly-Monde lors de la visite du 15 novembre 2019

  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Screen Shot 2019-11-26 at 6.04.55 PM

© 2020 par Poly-Monde